Lifestyle Santé & Nutrition

Je mange mes émotions

l'alimentation émotionnelle

Qui n’a jamais mangé sans vraiment s’en rendre compte ? Un paquet de biscuit en réconfort après une contrariété ou une émotion difficile à gérer, nous avons tous déjà mangé par réconfort au moins une fois. Cela peut arriver à tout le monde, il s’agit de gestes inconscients. C’est lorsque le phénomène devient récurrent que cela pose problème.

 

La façon dont on s’alimente est directement liée à nos émotions

 

On appelle cela « l’alimentation émotionnelle« . C’est le fait de s’alimentation en fonction de nos émotions, bonnes ou mauvaises. Aujourd’hui, nous ne mangeons plus par nécessité. Nous mangeons car nous aimons ça, car cette petite douceur nous a donné envie lors de notre virée de course hebdomadaire et qu’il a finit dans notre caddie mais nous savons pertinemment qu’il ne nous apportera rien de bon en terme de nutriments. Mais l’alimentation émotionnelle c’est aussi lorsque nous avons l’appétit coupé en période stress ou de profonde tristesse. Une trop forte émotion négative « remplie » l’estomac qui nous donne cette sensation de satiété voire, de nausées. Nous avons aussi tendance à grignoter quand on s’ennui. Un jour de repos ou un après-midi devant la télé, et sans raisons nous avons bien envie de grignoter quelques chips ou un paquet de pop-corn. Bien plus souvent nous mangeons « par peur de ». Lors d’un repas festif entre amis ou en famille nous avons tendance à reprendre deux fois du dessert car nous savons qu’une fois rentrés à la maison, nous n’en auront plus. Alors vite, il faut profiter tant qu’il y en a ! Mais en réalité, vous étiez déjà rassasié depuis le plat principal et vous avez mangé ce qui suivait car c’était sur la table, comme un mécanisme.

Plusieurs études ont établies un lien étroit entre notre humeur et notre notre façon de s’alimenter. La nourriture est une source de réconfort pour beaucoup de personnes et cela peut être une porte ouverte aux troubles du comportement alimentaire (TCA).

Vous l’aurez compris, nos émotions se répercutent dans nos choix alimentaires. Parfois c’est occasionnel et donc ce n’est pas vraiment très grave. Ne vous affolez pas si vous avez avalé cette tablette de chocolat, et que ça vous arrive une fois dans l’année. Mais parfois cela peut durer et s’installer comme une sorte de routine. Nous avons du mal à déterminer quand nous sommes vraiment rassasiés car nous ne mangeons plus vraiment pour vivre, mais beaucoup de nos jours « vivent pour manger », en vulgarisant légèrement les choses. Preuve en est : après une bonne séance de sport on s’accorde plus facilement un repas plaisir en récompense de notre travail fournit et non pas en raison de notre besoin vital. « 1h30 de sport, j’ai bien mérité ma pizza non ?« .

manger ses émotions
Comment reprendre le contrôle ?

Premièrement : en analysant et en acceptant la situation.  Vous savez que vous mangez vos émotions, ne jouez pas à l’autruche pour fuir la réalité. Reconnaissez-le et acceptez-le. Ce n’est pas une honte, c’est une réaction de notre corps quand une émotion devient trop difficile à gérer : on se réfugie dans la nourriture. En mangeant on obtiens tout de suite cette sensation de bien-être et d’apaisement … qui n’est que temporaire. Comme on dit : la solution n’est pas dans le frigo et c’est bel et bien vrai.

Deuxièmement : En faisant la paix avec l’alimentation et ne plus jamais se créer de frustration. C’est en mangeant trop peu et en vous interdisant certains aliments que vous allez vous créer une frustration immense. Si je vous dis maintenant de ne pas penser à un paquet d’Oreo … vous venez exactement de le faire et d’imaginer le paquet de biscuits dans votre tête. C’est exactement ce qu’il se passe lors d’une phase de régime et de frustration : en vous interdisant tel ou tel aliment, vous ne ferez qu’y penser. Mangez équilibré toute la journée et accordez-vous 10% de plaisir par jour pour ne ressentir aucune frustration et tenir sur le long terme : deux carrés de chocolat au dîner, un petit biscuit à midi …. on a dit UN petit biscuit 😉

Apprendre la maîtrise de soi

Maintenant que vous avez pris le taureau par les cornes (cette blague est-elle vegan ?!) et que vous savez que vous mangez impulsivement sous le coup de l’émotion : essayez de vous canaliser. Changer votre comportement alimentaire du jour au lendemain est très difficile et vous mènera à l’échec. Allez-y progressivement ! Lorsque vous ressentez une contrariété et que vous sentez que vous êtes sur le point de manger compulsivement : dites vous bien que le réconfort que vous cherchez ne durera que quelques minutes mais que la culpabilité vous durera des jours entiers. Si vous avez tendance à manger par ennui : occupez-vous l’esprit. Travaillez ou sortez faire un tour. Vous n’avez pas faim mais envie de manger, c’est différent. Votre esprit doit être sollicité pour penser à autre chose et ne plus se focaliser sur la nourriture.

 

En conclusion : croyez-en vous et voyez que vous êtes capables de vous maîtriser. Contentez vous des petites victoires et félicitez-vous chaque fois que vous résistez au fait de manger par réconfort. Soyez-en certain : vous serez incroyablement fier de vous par la suite, et votre corps vous dira merci 🙃

 

 

Sources : Etude 1 , Etude 2, Etude 3

 

 

Laisser un commentaire