a

Emma Marie

and

Roko Button

15. October 2018.

at 7 o’clock in the evening
Villa Macadamiana second at Marianberg
Hilltop Dr Menomonee Falls, WI 53051 US

top

Les conséquences de l’hyperphagie

 

L’hyperphagie est une véritable obsession de la nourriture qui pousse une personne à se remplir. Les troubles alimentaires compulsifs ne sont pas à prendre à la légère car à terme, ils peuvent être dévastateurs moralement et dangereux physiquement.

Les conséquences de l’hyperphagie sur le corps

► Conséquences physiques

  • La prise de poids est le symptôme est ce qui se voit en premier. Du fait de la non-compensation alimentaire (contrairement à la boulimie), une personne hyperphage constate une prise de poids rapide. Le fait de manger des quantités démesurées de nourritures industrielle et très sucrée, la prise de poids est le point commun chez toutes les personnes souffrant d’hyperphagie.
  • La perturbation du cycle menstruel, peu arriver si le trouble alimentaire est présent depuis trop longtemps et n’a pas été pris en charge. En effet, l’hyperphagie est crée par une trop forte restriction alimentaire. En mangeant trop peu dans le but de perdre du poids, le corps va réclamer à un moment donné l’énergie qu’il n’a pas eu : c’est la crise d’hyperphagie. Cette phase d’alternance entre restriction et orgie peut en venir à perturber les hormones. En effet pour bien fonctionner le corps a besoin de constance et de régularité. Or en mangeant un jour 1.300kcal puis le lendemain 2.500kcal, le corps ne sait plus vraiment comment fonctionner car il n’est pas sûr de l’énergie dont il dispose.
  • Un diabète peu se développer chez les personnes souffrant d’hyperphagie régulière depuis plusieurs années. Un malade peut manger jusqu’à huit paquets de gâteaux d’un seul coup et avaler presque 2kg de nourriture. Cette dose de sucre et de gras saturé n’a rien de bon pour l’organisme qui ne sait quoi en faire. Une si grande quantité qui arrive d’un coup finira par être stockée (prise de poids) et pourra engendrer sur le long terme des pathologies plus graves comme le diabète.
  • Un mal être physique ressenti avec des maux de tête, des vertiges et des maux de ventre. Une personne atteinte d’hyperphagie mange sans faim et sans fin. Seuls les maux de ventre et un inconfort physique le feront s’arrêter.

► Conséquences psychiques :

  • L’isolement social. Une personne atteinte de troubles alimentaires compulsifs peut en arriver à refuser les invitations à dîner, soit par ce que la personne malade a honte de son physique, elle ne veut pas montrer aux autres sa prise de poids. Soit parce qu’elle angoisse à cette occasion. Un dîner en famille, une sortie au restaurant ou un apéro entre amis peuvent être une source de stress car cela est synonyme de « tentation. » Et tout le monde sait que sans tentation, pas de craquage ! Des crises d’hyperphagie régulières et rapprochées entraînent aussi une fatigue de l’organisme : pas envie de bouger, trop lourde pour faire du sport … la personne malade en arrive petit à petit à faire le minimum et à bouger le moins possible de chez elle. 
  • La faible estime de soi est ce que j’appelle le phénomène « post-crise ». On a envie de manger du chocolat, on craque, on en mange déraisonnablement et puis soudain on se sent nulle. Chaque fois pourtant on se répète que ça ne recommencera plus et c’est pourtant un cercle vicieux. « Je suis nulle ! J’avais repris le régime depuis seulement deux jours et voilà, j’ai tout foiré encore ! Demain c’est décidé je recommence ! ». Le malade se sent incapable et nul et pourtant ce n’est pas la réalité : c’est simplement qu’il n’a pas les bonnes clés en main pour savoir quelles actions faire.