Browsing Category

Lifestyle

Lifestyle

Cuisiner VEGAN : Par quoi remplacer les oeufs ?

15 avril 2016

 

Lorsque j’ai décidé de devenir végétalienne, la première chose qui m’est venue à l’esprit est :  » mais par quoi je vais remplacer les oeufs ?? ». Cuisiner sans oeuf me paraissait inimaginable et insurmontable. L’oeuf est la base de la cuisine puisqu’il y en a dans presque toutes les recettes, qu’elles soient sucrées ou salées. Il faut dire que les oeufs ont un rôle important dans la préparation d’un plat puisqu’ils servent de liant à la préparation. En réalité (et heureusement !) il existe plusieurs alternatives végétales pour remplacer les oeufs, diverses et variées. Je vais seulement vous lister ici les solutions que je trouve les plus simples et que j’utilise au quotidien.

La banane :

Vous pouvez l’utilisée écrasée ou en compote. Personnellement c’est la méthode que j’aime le moins car je trouve que la banane donne une texture spéciale aux gâteaux, on dirait qu’ils ne sont jamais vraiment bien cuits. Mais ça ne reste que mon avis personnel : les anglo-saxons eux raffolent du fameux Banana Bread ! Comptez une demie banane pour remplacer l’équivalent d’un oeuf. Je vous conseille d’ajouter une cuillère de poudre à lever à votre préparation pour que le gâteau ne soit pas trop lourd.

La compote :

C’est l’alternative que j’utilise le plus. Je crois en fait que je l’utilise presque dans toutes mes préparations sucrées, je trouve que la compote apporte du moelleux et un goût naturellement sucré. Comptez environ 50gr de compote pour remplacer un oeuf. Vous pouvez varier les saveurs de vos préparations en alternant les fruits que vous utilisez pour vos compotes (fraise, banane, pomme …).

La purée d’oléagineux combinée à de l’huile d’olive :

Riches en BONNES matières grasses, elles remplacent les jaunes d’œuf dans les muffins, pâtes à tarte ou crèmes. La dose varie énormément en fonction des recettes. j’utilise cette méthode pour réaliser les délicieux biscuits de Juliette recette ici. Rassurez-vous, l’huile d’olive n’apporte aucun goût après cuissons !

Dorer une pâte :

Pour remplacer le jaune d’oeuf qui sert habituellement à dorer les gâteaux, il vous suffit de diluer un peu de sirop d’agave, de confiture d’abricot ou de lait végétal avec un peu d’eau.

Et pour les blancs en neige alors ? 

Je pense que c’est LA méthode que l’on pense insurmontable en cuisine. En réalité il existe un élément naturel et tout simple qui remplace parfaitement le blanc d’oeuf : le jus de pois chiche. Et oui je sais, cela vous surprend surement et pourtant le résultat est bluffant ! essayez donc de faire des meringues avec le jus de pois chiches et voyez par vous même.

 

 

Lifestyle

Pourquoi je suis végétalienne et VEGAN ?

30 mars 2016

Chaque jour de nouvelles personnes me demandent pourquoi je suis végétalienne. C’est vrai que c’est un mode de vie qui surprend, étonne et donne lieu à beaucoup, beaucoup de questions. Certains pensent que c’est absurde ou totalement inutile, et d’autres cherchent simplement à comprendre pourquoi ce choix.

J’ai grandi dans une famille qui a toujours mangé de tout, avec de la viande à chaque repas, des yaourts au petit déjeuner, en dessert et au goûter. J’aimais beaucoup la viande et du fait de mes habitudes alimentaires j’en mangeais vraiment beaucoup. Puis au fil des jours, naturellement, j’avais du mal à terminer ma portion de bifteck ou mes merguez jusqu’à ne plus pouvoir en manger. Je n’ai moi-même pas compris ce qu’il se passait mais du jour au lendemain j’ai été dégoûtée de la viande. Même le fait d’en voir m’écoeurais et l’odeur me donnait la nausée. Je ne savais rien du végétarisme et comme beaucoup, je pensais que je ne pourrai pas vivre sans viande et que ma santé allait en prendre un coup. C’est à ce moment là que j’ai commencé à me documenter et chercher par quoi remplacer la viande pour ne pas avoir de carences. J’ai fais beaucoup de découvertes surprenantes (article : Comment bien débuter dans le végétarisme ?) notamment qu’être végétarien était bien meilleur pour la santé, simplement parce que l’homme est de nature végétarien et non carnivore comme nous croyons tous. J’ai alors décidé de ne plus manger de poissons et crustacés.

Comme je suis devenue végétarienne par dégoût de la viande et non pour les animaux, je n’ai pas eu besoin de substituts de viande (faux nuggets, faux steak …) Aujourd’hui je consomme seulement des fausses Knakis et du haché végétal parce que je trouve le goût vraiment délicieux, et non parce que je cherche à me rapprocher le plus de la viande.

 

 

Bien que je sois végétarienne, je n’ai pas arrêté mes recherches. J’ai continué à apprendre beaucoup de choses et je suis tombée à plusieurs reprises sur des textes médicaux qui prônaient le régime végétalien comme étant le meilleur remède santé jamais connu à ce jour. Je trouvais ça absurde et je ne voulais pas y croire. J’ai tellement entendu que « les produits laitiers sont nos amis pour la vie » que je pensais qu’être végétalien et en bonne santé n’allaient pas ensemble. C’est en réalité tout à fait possible. J’étais déjà intolérante au lactose, je n’ai jamais aimé le miel et le beurre m’avait été interdit par mon nutritionniste car trop riches en mauvaises graisses. Il ne me restait alors plus qu’à éliminer le fromage (le fromage ne contient que très peu de lactose, voire pas du tout). Chose que j’ai faite.

Malgrès moi, j’ai découvert comment les animaux de l’agro-alimentaires étaient traités. Je savais parfaitement que ce que subissaient les animaux avant d’atterrir dans nos assiettes était épouvantable, mais je n’avais jamais eu le courage de regarder des images afin de voir la réalité en face.  J’ai lu « Faut-il manger les animaux ? » de J.S. FOER, un livre dans lequel l’auteur cherche à en savoir un peu plus sur la condition animale en faisant sa propre enquête. Avant de l’acheter je m’étais renseignée : je ne voulais pas que le livre soit trop trash et horrible à lire. La vendeuse m’a dit que je pouvais le lire sans problème … Et c’est vrai. Ce sont les dernières pages qui sont les plus terribles et là, juste avec des mots, sans vision imagée j’ai appris réellement ce qu’il se passait dans les abattoirs mais également dans les fermes et les élevages. Mes larmes ont coulées en lisant ces quelques page et j’en ai fais des cauchemars. On voit toutes ces polémiques autour des abattoirs qui sont diffusées à la télé, mais ce n’est qu’un dixième de ce que les animaux subissent. A partir de ce jour là j’ai décidé de ne plus toucher ni viande, ni poisson, ni lait, ni oeufs ou tout autre chose qui proviendrait de près ou de loin d’un animal. C’est mon choix personnel et je n’oblige personne à le faire.

La suite logique était que je devienne VEGAN, puisque les animaux de laboratoires ou ceux qui sont destinés à l’industrie du cuir ne sont pas mieux traités, si ce n’est pire. J’ai appris que lorsqu’il n’est pas mentionné « cuir de vachette » sur les produits, alors il y a 50% de chance pour que le cuir soit de la peau de chat ou de chien provenant de chine. J’ai appris que les tests sur les animaux se faisaient aussi sur les lapins, les chiens et les chats. Même si le cuir ne provenait que de bovins et que les laboratoires ne testaient que sur les souris, cela ne change rien pour moi. Une vie = un homme = un chat = une souris = une vache.

Mais tout ça, personne ne vous le dit clairement, vous ne le verrez jamais à la télé ou dans les médias. Simplement parce que si tout le monde apprenait la vérité et devenait VEGAN alors que deviendrai Danone, Nestlé, Dior, Chanel, MAC, Louboutin, Vuitton, L’Oréal et beaucoup d’autres …?

 

Lifestyle

Bien débuter dans le végétarisme

23 mars 2016

Avant toute chose : si vous êtes sur cet article, c’est que le végétarisme est un sujet qui vous intéresse. Je ne cherche à convertir personne à devenir végétarien, je cherche simplement à vous éclairer si vous êtes un peu perdu à ce sujet là, ou que vous êtes tout simplement curieux.

Par amour pour les animaux, pour votre santé ou tout simplement par dégoût de la viande, vous songez à devenir végétarien(ne) mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

Beaucoup de rumeurs et de désinformations circulent au sujet du végétarisme et je suis sûre que vous en avez déjà entendu : « les végétariens ne mangent que des graines, ils ont des carences en fer, en vitamines et ils tombent plus facilement malades … » et bien d’autres. Si vous ne vous y connaissez pas en végétarisme, il est normal que vous ayez peur. On a souvent peur de l’inconnu, mais surtout de changer nos habitudes. Une chose est sûre : toutes ces idées reçues sont entièrement FAUSSES !

Avant toute chose, si vous envisagez d’adopter un régime végétarien : informez-vous. Mais informez-vous bien, documentez vous à partir de sources sûres, fiables et scientifiquement prouvées et non de toutes les bêtises que vous disent les médias. Lisez des livres, des ouvrages scientifiques sur la question. Je vous conseille l’Enquête Campbell : l’ouvrage d’un médecin qui a reçu plusieurs prix Nobel et qui démontre que les produits animaliers nuisent à notre santé. Même si vous êtes omnivore, je vous encourage vivement à lire ce livre très, très intéressant. Regardez de vrais reportages qui ne sont pas forcement diffusés à la télé. En France nous sommes encore fermés d’esprit quand il s’agit du végétarisme, c’est pourquoi les médias et les chaînes françaises évitent toute information à ce sujet ou alors, ils vous disent qu’il faut diminuer sa consommation de viande mais de ne surtout pas la supprimer totalement sous peine d’être carencé …  Toutefois, le cancérologue Joyeux a fait une brève apparition lors de l’émission Vivement Dimanche, vous pouvez la voir ici. Je vous conseille également « Le discours le plus important de votre vie » de Gary Yourofsky, disponible sur Youtube et traduit en français. C’est une longue conférence qui vaut la peine d’être regardée et qui nous fait de surprenantes révélations sur le fonctionnement de base de l’organisme humain.

Je vous laisse découvrir par vous même les informations essentielles que contiennent tous ces documents, mais sachez qu’il est prouvé scientifiquement qu’être végétarien est bien meilleur pour la santé. (Je suis même végétalienne et je n’ai jamais été aussi en forme ! Mes analyses sont bien meilleures que lorsque j’étais omnivore, depuis 2ans je n’ai pris aucun médicament, je n’ai même pas eu un seul petit rhume et puis vous savez quoi ? Je n’ai aucune carence !)

 

 

Les sources de protéines végétales :

La première peur d’une personne lorsqu’elle devient végétarienne, est de manquer de protéines. N’ayez plus peur : toutes les protéines dont notre corps besoin pour fonctionner se trouvent en quantité suffisante dans les végétaux. Si si ! Bonne nouvelle donc si vous n’aimez pas le tofu : il n’est pas nécessaire d’en manger ! Les légumineuses seront votre premier allié : savez-vous qu’une portion de lentilles corail contient plus de protéines qu’une tranche de bifteck ? Alternez donc lentilles, haricots rouges, pois chiches, fèves et pois cassés lors de vos repas. Même en conserve, très pratique, ou sous forme de palets et galettes vendues en magasins bio. Misez également sur les oléagineux : amandes, noisettes, noix. Ils ont la mauvaise réputation de faire grossir mais il n’en est rien : ils sont riches en bonnes graisses indispensable à notre corps et en protéines. Veillez tout de même à ne pas terminer le paquet ! Une poignée soit environ 28gr suffit. N’oubliez pas les céréales telles que le blé, le riz, l’avoine, le quinoa etc. Si vous n’êtes pas fan des oléagineux, vous pouvez d’ailleurs combiner céréales et légumineuses dans votre repas, et vous sera sûr d’avoir un bonne source de protéines. Par exemple, faites vous une salade de riz/lentilles ou de quinoa/pois chiches. Enfin, si vous êtes végétarien(ne) et non végétalien(ne), il vous reste les oeufs, le lait, les yaourts et le fromage.

Les sources de fer :

La carence en fer chez les végétariens est l’idée reçue N°1 ! Bien entendu si vous ne mangez pas équilibré vous risquez d’être carencé mais … le problème est le même pour les omnivores finalement. Les principales sources de fer sont les lentilles, les épinards (vous pouvez les manger cuits ou crus en salade), le cacao, la levure de bière, les pistache, les abricots secs, les noix et le riz complet, et bien d’autres. Je suis sûre que vous aimez au moins un aliment dans cette liste, alors il n’y a aucune raison pour que vous ayez des carences.

Les sources d’oméga 3 et 6 :

Les omégas 3 sont essentiels au bon fonctionnement de votre cerveau, de votre coeur et de vos articulations. Vous les trouverez dans les huiles de noix et de colza (en grande surface vous trouverez facilement des huiles combinées en omégas 3 & 6, c’est écrit sur les bouteilles, vous ne pouvez pas vous tromper). Si au goût vous n’aimez que l’huile d’olive, vous pouvez alors consommer cette huile pour vos repas et consommer des noix à côté lors de votre goûter par exemple. Une poignée de noix suffit à combler vos besoin journaliers.

Les sources de calcium : 

Si vous n’êtes pas végétalien(ne) vous apportez suffisamment de calcium à votre organisme en consommant du lait, des yaourts et du fromage. Toutefois, si vous souhaitez diminuer votre consommation de produit laitiers mais que vous ignorez où se trouve le calcium, voici quelques aliments qui en contiennent : les oranges, les épinards, le brocolis, les amandes, le persil et le chou. A titre informatif, le brocolis contient plus de calcium qu’un yaourt. Étonnant non ?

 

 

 

Lifestyle

Se maquiller sans cruauté

25 février 2016

Il y a quelques mois j’ignorais tout sur ce qu’étaient les tests sur les animaux. Enfin presque tout. Je pensais qu’il s’agissait de déposer un peu de produit testé sur la peau d’une souris. Une souris, un singe ou un homme est pareil pour moi, puisque je considère qu’une vie = une vie, peut importe à qui elle appartient. Mais j’ai appris qu’il n’en était rien de tout ça, et que j’étais bien trop naïve. En réalité, les produits ne sont pas testés uniquement sur des souris mais également sur des singes et parfois même des chiens et des chats. Beaucoup plus que ce que l’on pense même. On les mutiles pour leur créer des plaies et pouvoir y injecter du produit testé à l’intérieur, on les ligotes pour ne pas qu’il bougent et parfois même on leur injecte aussi du produit dans les yeux et on leur perfore le crâne. J’étais à mille lieues de penser que l’homme était capable de telles cruautés, alors j’ai décidé de ne plus acheter de produits testés sur les animaux.

Aujourd’hui je vais vous parler de mon maquillage, ce que j’utilise au quotidien, tout est VEGAN (aucun produit d’origine animale dans la composition) et non testé sur les animaux. Acheter des produits « Cruelty-Free » (traduisez « sans cruauté ») ne coûte pas plus cher. Il vous suffit de vous diriger vers les marques qui ne testent pas sur les animaux, et il y en a pour tous les budgets (KIKO, E.L.F, Urban Decay, Too faces, NARS …). On trouve ces produits partout, donc plus d’excuses ! Tous les produits en photo que vous verrez dans cet article sont vegan & « cruelty-free ».

 

N.B : Remplacer toute une trousse de maquillage prend du temps, vous vous en doutez bien. Mon maquillage aujourd’hui est composé à 95% de produits vegan & non testés sur les animaux, mais il me reste encore ma poudre de teint à remplacer. Je finis celle que j’ai actuellement (que j’ai depuis une éternité !) et je me dirigerais ensuite bien évidement sur des produits sans cruauté.

Mon fond de teint précédent était le Double Wear de chez Estée Lauder que j’utilisais depuis des années et qui était vraiment très bien. Mais cette marque appartient au groupe L’Oréal, qui est le leader mondial concernant tests sur les animaux, et ils ne s’en cachent pas d’ailleurs. J’ai donc terminé mon dernier flacon puis je suis allée chez KIKO pour me procurer un fond de teint « cruelty-free » et mon choix s’est porté sur le Glacial Light de leur nouvelle collection. C’est un fond de teint qui camoufle les rougeurs tout en restant naturel. Il a un très bon rapport qualité/prix, puisqu’il ne coûte que 12,90€.

Après avoir appliqué ma poudre libre pour fixer mon fond de teint, j’utilise le bronzer Chocolate Soleil de chez Too Faced qui sent bon le chocolat ! Je ne vous ai pas fais de photo de ce produit parce que son emballage est très abîmé et ce n’était pas vraiment joli en photo.

29,00€ chez Sephora

Vous verrez en parcourant l’article, que je suis une fan inconditionnelle de Too Faced. J’aime beaucoup leurs produits qui sont vraiment géniaux, mais surtout leurs packagings hyper mignons et girly. Je suis capable d’acheter un de leurs produits juste parce que le packaging me plaît, même si je n’en ai pas l’utilité dans l’immédiat. (Mais je vous rassure, je me soigne !). Comme blush j’utilise donc le Baby Love de leur gamme Love Flush. Son emballage me fait penser à ceux de mes Polly Pockets que j’avais quand j’étais petite. Vous pouvez vous le procurer chez Sephora pour 29,00€.

6,90€ - KIKO

6,90€ - KIKO

Pour les sourcils j’utilise ce crayon de chez KIKO qui a un embout crayon biseauté d’un côté, et une brosse de l’autre. J’aime beaucoup sa texture légèrement crémeuse et surtout, j’apprécie de ne pas devoir le tailler. Les crayons que j’utilisais auparavant s’usaient très vite et je devais tes tailler presque quotidiennement pour avoir une pointe fine et pouvoir faire un joli tracé. Ce crayon est le meilleur que j’ai pu utiliser jusqu’à maintenant, et en plus de ça, son prix est mini : 6,90€.

11,50€ en format de poche chez Sephora

Avant d’appliquer mes fards à paupières, j’utilise la Primer Potion d’Urban Decay. Je l’ai en format voyage et je m’en sers vraiment quotidiennement. Elle sert à faire tenir vos fards toute la journée et surtout, elle les empêchent de filer dans les plis de la paupière (je déteste ça !). Deplus, comme elle a une teinte nude, on peut donc aussi l’utiliser seule pour unifier sa paupière, placer son mascara et le tour est joué ! Vous le trouverez en format voyage chez Sephora pour 11,50€.

44,00€ chez Sephora

Je n’ai qu’une palette d’ombres à paupières qui me suffit amplement puisqu’elle contient toutes les teintes que j’aime (bon, il manque tout de même un bordeaux à mon goût). Il s’agit de la Semi-Sweet Chocolate Bar de chez Too Faced et mon dieu … Elle sent si bon le chocolat ! A chaque fois que je l’ouvre j’en ai l’eau à la bouche. Elle contient aussi bien des fards mats que pailletés, il y en a pour tous les goûts. La chocolaté Bar est disponible chez Sephora au prix de 44,00€.

33,00€ chez Sephora

En ce moment j’alterne avec deux mascaras de chez Too Faced (oui, je vous avais prévenu(e)s : encore et toujours Too Faced !). Le premier est le Bether than False Lashes, qui est composé d’un tube de mascara et d’un tube de fibres de nylon (100% naturel). Ce mascara s’utilise en 3 étapes :

Étape 1 : On applique une couche de mascara classique, le tube doré

Étape 2 : On applique les fibres de nylon, la quantité que l’on veut suivant le résultat souhaité

Étape 3 : On termine en mettant une seconde couche de mascara

Je l’aime beaucoup et je trouve qu’il fait bien son travail. Attention, ne vous attendez pas à avoir un réel effet faux-cils ! Mais je le trouve vraiment très bien et personnellement je répète deux fois l’étape 2 (j’applique donc 2 couches de nylon). Je n’ai jamais eu de problème avec, je veux dire par là que je n’ai jamais eu de nylon dans mes yeux, et ça fait maintenant plus d’un mois que je l’utilise. Je crois bien que des deux mascara, celui-ci est mon favori. Son prix est un peu élevé : 33,00€ chez Sephora.

23,00€ chez Sephora

Le second mascara j’utilise est le célèbre Better Than Sex. Je l’ai acheté en format voyage pour le tester, et ne pas partir directement sur le grand format si jamais il ne me convenait pas. Les premiers jours, je dois dire que je ne l’aimais pas beaucoup. J’ai les cils de nature très, très longs mais fins. Je trouvais qu’il ne déposait pas assez de matière, c’est comme si je n’avais rien mis. Puis au fil du temps j’ai appris à mieux l’utiliser et mon avis sur lui a changé. Je ne sais pas vraiment lequel des deux mascaras je préfère, les aime autant l’un que l’autre. Toutefois si vous aimez vous maquiller de façon naturelle, alors je pense que celui-ci est fait pour vous. Son prix est aussi plus abordable puisqu’il fait dix euros de moins que le précédent, soit 23,00€.

Comme je l’ai dis au début de mon article, utiliser des produits VEGAN ne coûte pas plus cher, il vous suffit de faire les bons choix et de vous diriger vers les marques qui proposent des produits qui sont dans votre budget. Je vous encourage à vous tourner vers des produits qui sont non testés sur les animaux, Merci pour eux !

 

Fitness Lifestyle

Comment je suis passée d’un 42 à un 36

10 février 2016

 

J’ai toujours été de nature fine, je pouvais manger ce que je voulais quand je voulais sans que cela se répercute sur ma silhouette. Puis à la fin de mon adolescence j’ai commencé à prendre la pilule et sans m’en apercevoir j’ai pris 15kg.

Il fallait que ça change

Je dis « sans m’en apercevoir » car croyez moi, lorsque l’on prend du poids on ne s’en rend pas compte. On se dit que ces deux petits kilos en plus qui s’affichent sur la balance finiront bien par s’en aller, qu’est-ce que c’est 2kg ? C’est vite perdu. Et puis c’est dur de changer ses habitudes alimentaires. Alors je continuais à manger mes tartines beurrées avec de la confiture au petit déjeuner et mon croissant que je fourrais au Nutella pour le goûter. Et puis lorsque je continuais à m’arrondir et que je constatais que je ne rentrais plus dans un 38, eh bien ce n’est pas grave, j’avais juste à prendre la taille au dessus qui m’allait mieux. De cette façon je m’enfermais dans une spirale infernale à prendre toujours une taille en plus plutôt que de regarder réellement où j’en étais.

La plus grande taille que j’ai mise a été du 42. Beaucoup trop pour mon mètre 55 et mes 16 ans. En quelques mois seulement j’avais pris 15kg. Cela faisait quelques consultations déjà que mon médecin généraliste, mais aussi les médecins spécialisés me disaient que je devais faire attention et qu’il serait préférable pour moi que je perde tous ces kilos. Être en surpoids est mauvais pour la santé, nous le savons tous. C’est donc naturellement que les problèmes de santé, en particulier le mal de dos et des douleurs aux chevilles sont arrivés. Je ne pouvais plus continuer ainsi. Je préférais devoir perdre 15kg, plutôt que 30 ou 40. J’ai décidé de dire stop.

Être encadré(e), la clé de la réussite

Attention, je ne veux pas dire qu’il est impossible de perdre du poids seul(e) ! Je sais bien que c’est tout à fait réalisable, de nombreuses personnes en sont la preuve.

Mais il est vrai que dans la majorité des cas, lorsque nous devons perdre du poids nous avons tendance à toujours repousser la date « Bon, Lundi prochain je fais attention », ou bien on cherche à se déculpabiliser « Ohh mais c’est pas une petite glace qui va tout gâcher ». J’ai donc choisi d’aller chez un nutritionniste, qui m’a fait un plan nutritionnel adapté à mes besoins, à mon âge et à mon mode de vie. Ne tremblez pas, j’ai fais un régime. Oui, un VRAI régime, avec des aliments interdits. Je vois tout autour de moi une multitude de personne crier au scandale en évoquant le mot régime, ce mot qui fait si peur et qui serait si néfaste pour la santé. Mon opinion personnelle est qu’un régime n’est ni mauvais ni inutile, dans la mesure où il est réalisé sérieusement et encadré par un professionnel. J’en suis la preuve.

Il vous faudra de la volonté

J’avais 16 ans lorsque j’ai débuté mon régime. Ce n’était pas drôle tous les jours, ça a été un réel combat au quotidien. A 16 ans j’étais encore au lycée, avec mon groupe d’amis qui eux, ne faisaient pas le régime. Nous avions l’habitude d’aller prendre un croissant à la boulangerie d’en face pendant nos pauses, ou bien d’aller réviser dans le café du coin en dégustant un bon chocolat chaud, ou encore de manger un sandwich certains midi. Tout ça été terminé pour moi. Pas pour eux. Bien sûr que ça a été dur de résister devant toutes ces tentations, bien sûr que je préférais manger au self entourée de tous mes amis plutôt que de manger mon jambon blanc et mes haricots, seule dans un banc de la cour. Mais je savais que je n’avais pas le choix, que ma santé était entre mes mains.

Mon plan nutritionnel ayant été établi par un professionnel en fonction de mes besoins journaliers personnel, je ne vous donnerai aucune quantité. Mais pour vous expliquer rapidement, mon régime était constitué de la façon suivante : en plusieurs phases. Je devais supprimer toutes les catégories d’aliments, en les ré-introduisant petit à petit au fil des mois. Le premier mois, je n’avais le droit qu’aux viandes blanche et poissons ou crustacés pour mes repas, accompagnés de légumes VERTS. Et c’est tout. Le mois suivant je pouvais ajouter des légumes racines (carottes, betterave …), le mois suivant les légumineuses (lentilles, pois chiches …), le mois suivant les féculents, puis en dernier la viande rouge. Mais toujours en quantité contrôlée. Par exemple si je voulais manger des pâtes, je devais les manger uniquement le midi, à raison d’une portion de 30gr et TOUJOURS accompagnées de légumes verts et de ma portion de protéines. Lorsque je faisais un écart aux grandes occasions (anniversaire, Noël) je devais reprendre la phase 1 pendant 3-4 jours afin d’éliminer les excès que mon corps venait d’avaler. A 10h et à 16h j’avais le droit à un fruit, mais pas à la banane car trop riche en glucides et déconseillée pour la perte de poids, bien qu’elle soit excellente pour la santé. Je n’avais pas le droit au pain. Ou du moins, au pain blanc. Si j’en avais envie, je pouvais alors prendre seulement 2 tranches au petit déjeuner accompagné d’un thé, d’un fruit et d’un yaourt 0%. Je n’avais pas le droit au beurre car trop riche en graisse saturées, mais j’avais l’obligation de mettre une cuillère à soupe d’huile d’olive par repas dans mes plats.

Je me suis surprise moi même à tenir sur le long terme. Je m’en pensais incapable. J’ai mis environ trois ans pour perdre mes 15kg, mais on m’a toujours dit que les pertes de poids qui sont les plus lentes sont les plus durables, afin d’éviter l’effet yo-yo ou tout simplement de reprendre tous vos kilos ou même le double. Et je crois que c’est bien vrai. Presque dix ans après, je mange maintenant de tout en me faisant plaisir et je n’ai pas repris un gramme. Je ne mange presque aucun produit industriel et je suis devenue végétalienne depuis maintenant 2 ans.